Book Club Février Mars 2012

 

Inscriptions par email à: library@afmelbourne.com.au

Book Club de Fevrier Mars 2012

 

 

 

 

Séances: 29 Février-21 Mars-18 Avril.
Thématique: Les prix littéraires 2011.
Lecteurs participant: Catherine, Louise, Nathalie, Susan W., Hilary, Fabienne C., Anne, Kate, Gerhard, Sandy.

Livres qui seront présentés lors de ce book-club:

Nom de l'ouvrageAuteurPrix littéraire
Tout, tout de suiteMorgan SpartèsPrix Interallié
Jayne Mansfield 1967Simon LiberatiPrix Fémina
Du temps qu'on existaitMarien DefalvardPrix de Flore/Premier roman
Retour à KillybegsSorj ChalandonPrix du roman de l'Académie Française
Rien ne s'oppose à la nuitDelphine de ViganPrix roman France TV
Le dépaysement, Voyages en FranceJean-Christophe BaillyPrix Décembre
Le filsMichel RostainGoncourt 1er Roman
Du domaine des murmuresCarole MartinezGoncourt des lycéens
Une femme fuyant l'annonceDavid GrossmanPrix Médicis Etranger
Dans les forêts de SibérieSylvain TessonPrix Médicis essai
ScintillationJohn BurnsidePrixLire et Virgin Megastore
Dire son nomFrancisco GoldmanPrix Fémina Etranger
LimonovEmmanuel CarrèrePrix Renaudot
L'art Français de la guerreAlexis JenniPrix Goncourt
Ce qu'aimer veut direMathieu LindonPrix Médicis

Compte rendu du Book Club de Novembre 2011

Le vestibule des Causes perdues, Manon Moreau *****


C’est l’histoire de Mara, de Robert, de Sept Lieues, d’Henrique, de Bruce, de Clotilde, de cet homme qu’on appelle Le Breton, de Flora et d’Arpad. Un retraité, un joueur de guitare, un cow-boy, un exégète de Claude Simon, une brunette maigrichonne, un taiseux, une grande bourgeoise fatiguée, un gars que la vie un jour a pris pour un punching-ball… L’histoire de gens qui dans leurs existences urbaines n’avaient aucune chance de se croiser, mais qui tous, un jour, chaussent de grosses chaussures, enfilent un sac à dos, et mettent le cap vers les confins de l’Espagne, le bout du monde, la fin del’Europe : Saint-Jacques-de-Compostelle. Sans se douter que ce chemin vieux comme les contes emporte ceux qui l’arpentent bien plus loin que ce qu’ils pouvaient imaginer.


 

 

Une jeune-fille aux cheveux blanc, Fanny Chesnel *****

Ah, le cap des 60 ans ! Un mari attentionné mais débordé, des enfants adorables, une vie de rêve. Et avec la retraite, la liberté avec un grand L… ou l’ennui avec un grand E ! Caroline, qui savoure le plaisir d’être enfin paresseuse, de prendre son temps, reçoit un cadeau empoisonné : une inscription à un club pour seniors ! Cours de poterie, de théâtre, d’œnologie, d’informatique… et si c’était le début de la fin ? Caroline craque. Elle envoie valser ces loisirs organisés, pour une autre voie, plus drôle et plus illicite… Elle tâtonne,expérimente, bousculant ses habitudes et rencontrant au gré de son errance de nouveaux amis, et surtout le séduisant - et très jeune - Julien...

 

 



 

Du bon usage des étoiles, Dominique Fortier *****

Mai 1845. Le Terror et l'Erebus quittent les berges de la Tamise et mettent le cap sur l'Arctique. Leur mission : découvrir le mythique passage du Nord-Ouest qui relie l'Atlantique au Pacifique. À leur bord, cent vingt-neuf hommes, quantité de vivres, de l'argenterie et des livres afin de perpétuer  l'atmosphère raffinée des salons victoriens. L'arrogant sir John Franklin commande l'expédition, destinée à asseoir la suprématie de la couronne britannique. Il est secondé par le discret Francis Crozier. Le journal de ce dernier témoigne du quotidien, de l'enthousiasme des équipages, puis de leur angoisse lorsque l'étau des glaces se referme sur eux. Pendant ce temps-là, à Londres, lady Jane Franklin et sa nièce Sophia, dont Crozier se languit sans espoir, courent les mondanités

 






Les nuits froides, Olivier Vigna  *****


On ose rarement avancer crânement les pions dont on dispose : on affirme haut et fort injecter dans sa vie du piment et du jeu, mais chaque fois on cède – on butte bêtement et sans se rebiffer. Dans ces Nuits au contraire, la liberté est prise à la première volée. C’est un homme à New York qui refuse un diktat et sait marcher plus haut que l’assemblée grouillante des petits intérêts. C’est un autre, à Paris, qui chercher à dessiner le chemin de sa vie après trop d’années tuées à repousser des murs. Ce sont des ambitieux qui pour plaire à l’argent utilisent le meurtre comme ultime semonce. C’est enfin une quête, une fuite, une enquête : un dénouement qui brise les meilleures prévisions. De l’art et du polar, de l’amour et du sang, deux villes, trois hommes, une femme, une course et le temps qui rythme en courts chapitres le seul combat qui vaille et dont on ne sait pas s’il est gagné d’avance. Pas de morale donc, mais la volonté seule d’essayer de cerner de quoi sont faits les hommes.

 

 






 

Le confident, Hélène Grémillon *****

Au milieu des mots de condoléances qu'elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne. Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psychologique dans un scénario implacable.





 

 

 

La fille de son père, Anne Berest *****

 

Trois sœurs que la vie a éloignées se retrouvent chez leur père pour fêter l’anniversaire de l’aînée, Irène. Au cours du dîner, la tension monte entre les trois jeunes femmes et leur belle-mère, Catherine, qu’elles détestent. Le repas vire au règlement de compte jusqu’à ce que Catherine révèle un lourd secret de famille : Irène ne connaîtrait pas son vrai père.

 

 

 

Mes rêves ne sont plus les tiens, Catherine Bianchi *****

 

Mariée avec Ludo depuis plus de trente ans et mère comblée de leurs trois enfants, Caroline sait que son couple bat de l'aile mais ne trouve pas de réponse au malaise. Lorsqu'elle apprend que son mari a une liaison, sa vie vole en éclats. En plein chaos émotionnel, elle décide d'orchestrer la rupture selon sa propre partition. Au terme d'un cheminement personnel chaotique et surprenant, elle trouvera en quelques jours la force de partir et de s'inventer une autre vie. Images du bonheur passé, recours aux amis vrais, rencontres imprévues, facéties festives, virée surprise avec un motard chauve et flash mystique inattendu rythment ce parcours de grand désordre qui s'achèvera sur deux évidences : on ne peut rien vouloir pour l'autre et, quoi qu'il arrive, les cadeaux de la vie ne se donnent qu'à ceux qui savent tendre les bras. Une écriture vive et originale accompagne le lecteur dans cette fin d'un couple au long cours. Une femme observe sa situation d'épouse " oubliée " sans mièvrerie ni complaisance. Amoureuse de la vie et des siens, elle décide de ranger sa panoplie de " moitié " prévisible pour passer le cap de l'abandon d'une façon surprenante et inédite. Un itinéraire de femme rompue mais tonique qui nous étonne et qui nous touche par sa vérité et son audace. Un drôle de chemin pour une drôle de dame qui, obligée d'abdiquer, organise sa fuite pour mieux se retrouver.

 

 










 

Pain amer, Marie-Odile Ascher 4.5*

En 1946, Staline offre l'amnistie aux Russes blancs résidant sur le territoire français et les incite à rentrer au pays. Quelque quatre à six mille personnes, celles-là même qui avaient fui les bolcheviks en 1920 pour trouver refuge en France, vont répondre à cet appel. Parmi elles, Marina et sa famille. La jeune fille, mineure, accepte d'accompagner les siens en Russie, mais elle est déterminée à revenir afin d'épouser Marc qu'elle aime passionnément. Le voyage en train s'étire, et la séparation se prolonge. Pour tromper l'absence, les jeunes gens s'écrivent, ne sachant pas encore que leurs sentiments vont se heurter au mur du totalitarisme... Pain amer est le récit de ce voyage de retour et des premières années d'installation en URSS d'une jeune fille née et grandie en France. Fondé sur une solide documentation historique, c'est aussi une réflexion sur la part de liberté dont l'Histoire, dans certaines circonstances, nous prive ; et qu'il nous faut reconquérir à force de pugnacité.

 






Pfff, Hélène Sturm *****


Odile, une jeune femme, ni jolie ni vilaine, se réveille un matin, plus aimable que d'ordinaire. C'est le point de départ d'une drôle d'histoire où se croisent des taulières de bistrots, des tueurs à gages, un jeune homme timide et ses amis d'autrefois, sans compter les chiens, les chats et les poissons rouges. Les objets ont leur importance, particulièrement les livres qui rythment ta vie. Odile séduit quelques hommes, elle se fait des amies et des amis. Les ritournelles allant leur chemin, ta vie de chacun va changer : les uns et les autres vont se mêler, dans une histoire d'amitié, d'amour, mais aussi de travail. Hélène Sturm nous entraîne avec beaucoup de malice dans un roman frais et étonnant. Amoureuse des mots, elle en joue avec subtilité pour mettre en scène des personnages singuliers qui font sourire, souvent à leurs dépens. Et ça commence et se termine par un pfff comme le veut l'auteur.






Le club des incorrigible optiniste*****

Michel Marini avait douze ans en 1959. C'était l'époque du rock'n'roll et de la guerre d'Algérie. Lui, il était photographe amateur, lecteur compulsif et joueur de baby-foot au Balto de Denfert-Rochereau. Dans l'arrière-salle du bistrot, il a rencontré Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres. Ces hommes avaient franchi le Rideau de fer pour sauver leur peau. Ils avaient abandonné leurs amours, leur famille, trahi leurs idéaux et tout ce qu'ils étaient. Ils s'étaient retrouvés à Paris dans ce club d'échecs d'arrière-salle que fréquentaient aussi Kessel et Sartre. Et ils étaient liés par un terrible secret que Michel finirait par découvrir. Cette rencontre allait bouleverser définitivement la vie du jeune garçon. Parce qu'ils étaient tous d'incorrigibles optimistes.


 
                 

 

The Alliance Française Book Club is presented with the support of:


You may also like...

Affiches exhibition

Affiches exhibition

Original first prints of key
French graphic designers
05 Oct to 04 Nov 2017

Term 4  French courses

Term 4 French courses

10-week & 5-week French courses in St Kilda or in the CBD
10 Oct - 19 Dec 2017
 

Jazzy Jeudi - Bob Sedergreen & friends

Jazzy Jeudi - Bob Sedergreen & friends

On Thursday 19 October, 7.30pm.
Join us for a night of smooth, carefree jazz with piano legend Bob Sedergreen & friends.
 

Jazzy Jeudi - Duo Philippe Guidat Pascal Rollando

Jazzy Jeudi - Duo Philippe Guidat Pascal Rollando

Thursday 9 November at 8pm.
The guitarist Philippe Guidat and the percussionist Pascal Rollando want to reconnect with the natural acoustic characteristics of their instruments.

2017 French Xmas Market

2017 French Xmas Market

Sat 9 & Sun 10 Dec 2017
At the Alliance Française, St Kilda


Thanks for sharing! / Merci pour le partage!

Instagram

St Kilda branch:
51 Grey Street, ST KILDA
VICTORIA 3182 AUSTRALIA
Tel : 03 9525 3463
Fax : 03 9525 5064
E-mail: info@afmelbourne.com.au

Postal Address:
PO Box 2042,
ST KILDA WEST, VICTORIA 3182
AUSTRALIA

St Kilda branch opening hours:
Mon - Fri: 9am to 7pm (switchboard/reception: 9.30am to 6.30pm)
Sat: 9am to 6pm (switchboard/reception: 9am to 5.30pm)

How to find us:
Trams: 16, 96, Fitzroy Street
3, 5, 64, 67 St Kilda Junction (3, 64, 67 Alma Road)
Car park available
Wheelchair access

City branch:
Level 13, 55 Swanston St, MELBOURNE
VICTORIA 3000 AUSTRALIA
Tel : 03 9525 3463
Fax : 03 9525 5064
E-mail: info@afmelbourne.com.au

City branch opening hours:
Mon - Thurs 9am to 1pm & 2pm to 6.30pm
Fri - Sat: 9am to 12pm & 1pm to 6pm

How to find us:
Trams: 1, 3, 3a, 5, 6, 8, 11, 16, 42, 48, 64, 67, 72, 109
& 112 running down Swanston St (stop: Collins St/Swanston St)
Trains: Flinders St Station is 1 block away