About Berthe Mouchette

Le concours Berthe Mouchette, une expérience... mémorable
par Alexandra Balafrej  Read English version


Chaque année, depuis plus d’un siècle, des milliers de jeunes du Victoria font vivre la poésie française aux Antipodes de la France.
Expérience unique et mémorable pour les candidats, le concours Berthe Mouchette renforce la vitalité du français en Australie.

Dans le Victoria, le concours Berthe Mouchette joue un rôle clé dans la promotion de la langue et de la culture francophone,
mission phare de l’Alliance Française. Tous les ans, entre mai et novembre, ce sont plus de 16 000 candidats qui vivent l’expérience du concours. Le concours a pour vocation de récompenser, en partenariat étroit avec les écoles qui enseignent
le français, les meilleurs étudiants de français des écoles primaires et secondaires du Victoria. Les candidats des années 3 à 10, âgés environ de 8 à 16 ans doivent réciter un poème proposé par l’Alliance devant un examinateur français venu dans leur école. Les élèves des années 11 et 12, près de passer le VCE, sont eux notés sur deux parties : une conversation générale puis, au choix, la récitation d’un poème ou une discussion sur un thème étudié en classe.  Les plus âgés peuvent également passer l’écrit du concours qui consiste en une épreuve de compréhension et d’expression de deux heures.

Un concours unique


Des centaines de poèmes, appris depuis plus de cent ans
A la clé du concours pour les meilleurs candidats, un certificat, des livres en français et même un voyage en Nouvelle Calédonie pour les lauréats du Prix La Pérouse des années 11 ou 12. Les examens annuels avec distribution de prix de l’Alliance Française de Melbourne existent depuis plus de cent ans. On comptait 35 inscrits en 1894, quatre ans après la création de l’Alliance Française par Berthe Mouchette. Le rapport annuel de l’Alliance Française de 1893-1894 insiste sur l’objectif des examens,  propager l’étude pratique du français, et sur leur « sérieux ».
Le décor est planté. Par la suite, le concours ne cesse de se développer. Le nombre de candidats au concours ne diminue que dans les années 1972-74 lorsque les essais nucléaires dans le Pacifique ternissent temporairement les relations entre la France et l’Australie. Les inscriptions aux examens de l’Alliance Française passent sous la barre des 8 000 candidats en 1974. Lors des derniers essais nucléaires français dans le Pacifique sud en 1995-96, la désaffection pour le concours est moins sensible, mais les élèves des années 11 et 12 choisissent souvent ‘les essais’ pour thème de discussion avec l’examinateur.
 


Un moment intense


Aujourd’hui comme hier, dans les écoles, le concours Berthe Mouchette n’est pas vécu comme un examen ordinaire. « Il nous faut environ deux mois de préparation », raconte Philippe Vallantin, résponsable de Français à Bialik College. Les poèmes sélectionnés par l’Alliance sont enregistrés dans un studio puis envoyés sur CD à toutes les écoles membres. L’apprentissage et les répétitions peuvent dès lors commencer. « Le poème est commenté, expliqué strophe par strophe, » rapporte Nicole Smith. « Chaque élève reçoit un enregistrement audio pour pouvoir s’entraîner seul, et apprend le poème très progressivement. Une fois qu’il est su et bien prononcé, nous travaillons le ton et l’expression. Il nous arrive parfois même de chanter ! » Le passage du concours suscite beaucoup de fébrilité. « La venue d’un visiteur français dans l’école et le trac de la présentation orale mettent la timidité des élèves à l’épreuve », continue Nicole Smith.
Pour l’examinateur, c’est souvent émouvant d’entendre si loin de la France les vers de Prévert, Verlaine ou Michaux dans la bouche de ces petits Australiens. « Ils ont souvent beaucoup travaillé et malgré notre bienveillance et notre attention, certains jeunes candidats sont très nerveux », témoigne une examinatrice. Cela peut donner des situations cocasses : un candidat qui dit au revoir au lieu de bonjour, un autre qui récite son poème au pas de course ou qui oublie le titre. Et si parfois les vers se bousculent, les efforts de prononciation, d’intonation et d’interprétation fournis par les élèves sont toujours impressionnants. Certains se déguisent ou jouent le poème comme un rôle de théâtre, se faisant les metteurs en scène des sonnets de Rimbaud ou Lamartine. Certains élèves se révèlent avec le Concours Berthe Mouchette, ils gagnent en confiance et affirment leur lien avec la langue. Pour beaucoup, le concours est un encouragement à poursuivre leurs études de français.
La grande finale du concours Berthe Mouchette rassemble environ 500 candidats et pour tous les lauréats et leurs familles, la remise des prix au Glen Eira Town Hall est un moment inoubliable. Et si on rencontre aujourd’hui dans le Victoria des gens qui se souviennent encore trente ans après de leur poème de l’Alliance Française, c’est bien que, comme l’écrivait Voltaire, « ce qui touche le coeur se grave dans la mémoire ».


Mais qui est Berthe Mouchette ?

Le concours Berthe Mouchette tient son nom de celui de la première présidente de l'Alliance Française de Melbourne. Mais qui se cache derrière ce nom venu d'un autre temps ? « Une femme unique, de nature discrète mais audacieuse pour son époque, une artiste, amoureuse de la langue et de la culture française », rapporte John Drury, biographe qui a fait de nombreuses recherches
sur Berthe Mouchette.
Artiste française, elle arrive à Melbourne en 1882 avec son mari et sa soeur, professeur de français, Mademoiselle Lion.
Portraitiste à succès et professeur d'art, Berthe achète avec sa soeur une école pour jeunes filles à St Kilda en 1886, qui accueille les premières réunions de l'Alliance Française en 1890.

Les soeurs Lion et Mouchette constituent le 'Comité de Dames' de l'Alliance Française, qui rassemble des femmes issues de la bourgeoisie de Melbourne. Bonnes enseignantes mais piètres gestionnaires, les deux soeurs doivent fermer leur école. Mais l'Alliance Française du Victoria est une institution bien établie lorsqu'en 1892 Berthe Mouchette, veuve depuis huit ans, quitte Melbourne pour Adélaïde avec sa soeur.
Elle y restera trente ans, période prospère où elle expose ses oeuvres et jouit d'une excellente réputation dans les milieux mondains d'Adélaïde.

On retrouve les deux soeurs en Inde pendant les premières années du vingtième siècle, s'intéressant à la théosophie et faisant de la randonnée jusqu'en Himalaya ! Après le décès de sa soeur à Adélaïde en 1922, Berthe Mouchette regagne la France où elle meurt en 1928 en Normandie.

Aujourd'hui, on peut voir une des toiles de Berthe Mouchette à la National Gallery of Victoria .


You may also like...

Saturday French courses

Saturday French courses

5-week courses for adults
Start 26 August

The Melbourne Salon - 24 August

The Melbourne Salon - 24 August

You are invited to the next Melbourne Salon: 
Flanders in Australia: A Personal History of Wool and War on Thursday 24 August

Spring Holiday French courses

Spring Holiday French courses

1-week French courses from Mon 2 to Fri 6 October

Conversation first steps (level A1+)

Conversation first steps (level A1+)

Starts Mon 2 Oct | in St Kilda
1-week course | 10am to 12pm
& l'aperitif  offered on the Friday!

Conversation (level A2)

Conversation (level A2)

Starts Mon 2 Oct | in St Kilda
1-week course | 10am to 12pm
& l'aperitif  offered on the Friday!

Arts & Culture (level B1)

Arts & Culture (level B1)

Starts Mon 2 Oct | in St Kilda
1-week course | 10am to 12pm
& l'aperitif  offered on the Friday!

Current affairs (level B2)

Current affairs (level B2)

Starts Mon 2 Oct | in St Kilda
1-week course | 6pm to 8pm
& l'aperitif  offered on the Friday!

Grammar clinic: past tenses

Grammar clinic: past tenses

Thu 5 Oct | in St Kilda
Level A2 | 10am to 4pm
Lunch included!

Grammar clinic: subjonctif

Grammar clinic: subjonctif

Thu 5 Oct | in St Kilda
Level B1 | 10am to 4pm
Lunch included!

Affiches exhibition

Affiches exhibition

original first prints of key French graphic designers
05 Oct to 04 Nov 2017


Thanks for sharing! / Merci pour le partage!

Instagram

St Kilda branch:
51 Grey Street, ST KILDA
VICTORIA 3182 AUSTRALIA
Tel : 03 9525 3463
Fax : 03 9525 5064
E-mail: info@afmelbourne.com.au

Postal Address:
PO Box 2042,
ST KILDA WEST, VICTORIA 3182
AUSTRALIA

St Kilda branch opening hours:
Mon - Fri: 9am to 7pm (switchboard/reception: 9.30am to 6.30pm)
Sat: 9am to 6pm (switchboard/reception: 9am to 5.30pm)

How to find us:
Trams: 16, 96, Fitzroy Street
3, 5, 64, 67 St Kilda Junction (3, 64, 67 Alma Road)
Car park available
Wheelchair access

City branch:
Level 13, 55 Swanston St, MELBOURNE
VICTORIA 3000 AUSTRALIA
Tel : 03 9525 3463
Fax : 03 9525 5064
E-mail: info@afmelbourne.com.au

City branch opening hours:
Mon - Thurs 9am to 1pm & 2pm to 6.30pm
Fri - Sat: 9am to 12pm & 1pm to 6pm

How to find us:
Trams: 1, 3, 3a, 5, 6, 8, 11, 16, 42, 48, 64, 67, 72, 109
& 112 running down Swanston St (stop: Collins St/Swanston St)
Trains: Flinders St Station is 1 block away